Cet atelier s’interrogeait sur la question du développement économique et de l’emploi dans la ville d’Amiens.
Une dizaine de personnes ont échangé sur ces thèmes afin de dresser un constat, d’après eux, de ce qui va et ne va pas. Ce travail essentiel permet de définir le cadre de la discussion et doit permettre l’esquisse de propositions que pourrait mener une nouvelle majorité municipale et communautaire.

⚠ Comme pour l’ensemble des rendus de cette journée du 23 juin 2019, il convient de rappeler qu’il ne s’agit pas d’un programme municipal, encore moins celui de Picardie debout !
L’objectif de ce rendu public est surtout de susciter le débat.
Vous êtes largement invités, dans la section commentaires ci-dessous, à intervenir, amender ou exprimer accords et désaccords.

Cette démarche te plaît ? Partage-la !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Constats

– Manque d’évaluation indépendante des dépenses publiques en la matière (analyse des aides aux entreprises, accompagnement des entreprises en difficulté, etc.).
– Lacunes en termes de possibilités pour les citoyens de vérifier que les promesses sont bien tenues, que le solde d’emplois créé est bien celui affiché au départ des projets…

– La désindustrialisation a transformé la structure de l’emploi, faisant sensiblement reculer le secteur secondaire au profit du secteur tertiaire (logistique, centres d’appels…).
– Les emplois créés aujourd’hui sont précaires (notamment pour les jeunes : livreurs à vélo, services civiques, etc.), moins qualifiés qu’auparavant (Amazon vs. Goodyear) et les effets sociaux et environnementaux ne sont pas du tout pris en considération.
– La ville est marquée par un fort taux de chômage
– Des commerces de centre-ville sont en difficulté en raison de l’ouverture de grandes zones commerciales.
– Parallèlement, la perte du statut de capitale régionale a engendré un “plan social” à bas bruit.

– La jeunesse n’est pas suffisamment accompagnée, les structures d’insertion n’ont pas les moyens d’atteindre les objectifs chiffrés qu’on leur impose. Cette politique du résultat est d’ailleurs contre-productive pour les acteurs de l’insertion. Impression d’un grand gâchis par rapport à la jeunesse.
– L’économie sociale et solidaire, dont le potentiel en emploi de qualité est important, n’est pas suffisamment encouragée et accompagnée (au même titre que les entreprises conventionnelles).

– Foncier abordable
– Situation géographique idéale entre Lille et Paris (manque la liaison TGV)
– Ville jeune
– Ville horizontale et verte, peu dense
– Potentiel lié au tourisme (historique, patrimonial, vert, culturel…)

Suggestions

Mise en place de dispositifs de retours à l’emploi ciblés avec une collaboration Ville/Pôle emploi/Mission locale/entreprises.

Expérimentation d’un revenu universel local (exemple : Grande-Synthe)

Imposer un moratoire sur l’artificialisation des sols et l’ouverture de grandes surfaces notamment périphériques en s’appuyant sur le SCOT et la CDAC. Objectif : maitrise de la consommation foncière (notamment des terres arables).

Innover, tester des pistes de financement d’entreprises et de soutien aux projets de créations d’entreprises. Quelques pistes : Partenariat avec la banque publique d’investissement ; Micro-crédit local ; Aides aux SCOP et aux SCIC ; Etude prospective sur la faisabilité d’une nouvelle cotisation sur la richesse produite pour abonder une caisse de subvention des entreprises. Caisse pilotée démocratiquement par les citoyens et les professionnels.

Nouer des liens avec zones d’activités Albert/Méaulte et travailler la liaison Amiens/Roissy (forts pourvoyeurs d’emplois).

Faire candidater Amiens au dispositif « Territoire Zéro Chômeur de longue durée ».

Créer des structures démocratiques de surveillance et de pilotage telles que : observatoire de développement économique et de l’emploi ; conseil économique local chargé de mettre en place l’économie circulaire ; suivi des marchés publics avec ajouts de clauses sociales et environnementales ; audit citoyen sur les recettes, dépenses et dette municipales.

Imposer une charte de réciprocité/attractivité en termes d’emplois (qualité et quantité) et respect de l’environnement pour les grandes entreprises (type Amazon).

Mise en place d’une monnaie locale pour permettre une économie circulaire, locale, participant à la redynamisation des commerces de proximité et à la relocalisation.

Mise en place d’un système de bourses pour les jeunes, financées par les entreprises polluantes.

Devenir une ville pilote dans le développement des startups industrielles

Mise en contexte

En amont de chaque atelier, Picardie debout ! a produit des notes de mise en contexte à destination de tous les participants. Ces notes permettent de cadrer le débat, d’expliquer certains acronymes et de contextualiser par des faits et un historique des politiques menées.
Vous pouvez consulter cette note de mise en contexte ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Développement économique, emploi

Contexte, historique, sigles… Picardie debout ! a réalisé une note de mise en contexte pour chaque thématique.

Avant d’émettre des suggestions, les participants ont porté un regard sur la situation actuelle.

Regardez, notez et commentez les suggestions émises par les participants.