Cet atelier s’interrogeait sur la lutte contre toute forme de discriminations dans la ville d’Amiens.
Une dizaine de personnes ont échangé sur ces thèmes afin de dresser un constat, d’après eux, de ce qui va et ne va pas. Ce travail essentiel permet de définir le cadre de la discussion et doit permettre l’esquisse de propositions que pourrait mener une nouvelle majorité municipale.

⚠ Comme pour l’ensemble des rendus de cette journée du 23 juin 2019, il convient de rappeler qu’il ne s’agit pas d’un programme municipal, encore moins celui de Picardie debout !
L’objectif de ce rendu public est surtout de susciter le débat.
Vous êtes largement invités, dans la section commentaires ci-dessous, à intervenir, amender ou exprimer accords et désaccords.

Cette démarche te plaît ? Partage-la !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Constats

– Un constat général est dressé : celui de la banalisation des discriminations et d’une stigmatisation croissante de certaines parties de la population.

– Handicap : manque d’infrastructures, de lieux accessibles, baisse des aides aux associations et non respect de la loi de 2005.
– Racisme : racisme institutionnel, discrimination à l’embauche et dans l’accès au logement, stigmatisation et répression des demandeurs d’asile
– Quartiers populaires : stigmatisation de ces quartiers et de leurs habitant.e.s
– Violences sexistes et sexuelles : faiblesse de la prise en charge du harcèlement de rue ou des violences faites aux femmes
– LGBTphobie : faiblesse voire absence de mesures de lutte contre la LGBTphobie
Situation sociale : « chasse aux pauvres » et aux bénéficiaires du RSA. Les plus précaires sont les plus touchés par la baisse des droits sociaux

– Le logement : insalubrité des logements, non attribution de logements sociaux…
– Les relations avec la police : violence policière, répression et contrôles au faciès
– La formation : non reconnaissance des diplômes ou manque d’information sur la validation des acquis.

– Les associations de lutte contre les discriminations subissent le même traitement que les autres associations : baisse drastique voire disparition de financements alloués, précarité, etc.
– Sujet non porté politiquement pas les élus municipaux
– Manque de transversalité de cette thématique

– Liste des associations du territoire investies sur ce sujet : droits des femmes (CIDFF, AGENA,… ), droits des personnes migrantes (APREMIS, BSP, …), droits des LGBT (Flash, Les Bavardes, …), écologie et précarité (Graine à l’assiette, Robin.e des bennes, …), droits des précaires (DAL, …) . Liste exhaustive à réaliser.

– Manque de dispositifs d’informations sur les droits humains et déshumanisation de l’aide.
– Plan de formation des agents, assuré par le CNPFT, arrêté.
– Manque d’investissement politique des élu.e.s sur le sujet de la lutte contre les discriminations
– Quelques événements sont organisés à des dates clés , mais sans mise en place de mesures à long terme.

Suggestions

Former les élu.e.s et les agents de la Ville sur les questions de discriminations, formations réalisées par le CNFPT et les associations du territoire.

Rédiger une charte/un manifeste commun à tous les services pour enrayer les discriminations, afin de prendre en compte la transversalité de cette thématique.

Réaliser des tables de quartiers afin de mettre le citoyen au coeur des processus de construction et de codécision concernant les politiques de lutte contre les discriminations.

Renforcer la place et le rôle des jeunes dans le processus démocratique, faire en sorte qu’Amiens 4 Youth ne soit pas qu’une vitrine de communication.

Renforcer la stratégie de communication (réseaux sociaux, déplacement dans les quartiers, etc.)

Travailler le plaidoyer auprès de la police pour mieux accueillir/accompagner les victimes. Egalement auprès des services publics (bailleurs sociaux, santé, emploi…) pour améliorer et accélérer la qualité de la prise en charge.

Améliorer la qualité des espaces accessible au PMR/ application de la loi de 2005 (bancs, toilettes publiques, infrastructures aménagées…)

Créer un lien central et visible pour accueillir, accompagner et informer les personnes/ mettre en place des permanences dans tous les quartiers de la ville/ sensibiliser les commerçants et les lieux festifs.

Organiser des manifestations aux dates clés (25 novembre, 21 mars, …) pour sensibiliser l’opinion publique.

Reconnaitre aux associations leur rôle central dans la lutte contre les discriminations.

Mise en contexte

En amont de chaque atelier, Picardie debout ! a produit des notes de mise en contexte à destination de tous les participants. Ces notes permettent de cadrer le débat, d’expliquer certains acronymes et de contextualiser par des faits et un historique des politiques menées.
Vous pouvez consulter cette note de mise en contexte ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agir contre les discriminations

Contexte, historique, sigles… Picardie debout ! a réalisé une note de mise en contexte pour chaque thématique.

Avant d’émettre des suggestions, les participants ont porté un regard sur la situation actuelle.

Regardez, notez et commentez les suggestions émises par les participants.